Tous les articles

Louvain Médical vous présente un site Internet dont l'aspect pratique, interactif et dynamique s'accorde parfaitement avec la qualité scientifique de ses articles, tant au niveau de ses actualités que de ses articles originaux.

Rhumatologie

Rhumatologie

Prise en charge de la néphrite lupique et de la polyarthrite...
Farah Tamirou, Charlotte Baert, Pauline Montigny, Frédéric A. Houssiau, Emilie Sapart, Aleksandra Avramovska, Laurent Meric de Bellefon, Stéphanie de Montjoye, Stéphanie Dierckx, Adrien Nzeusseu, Valérie Pirson, Tatiana Sokolova, Maria Stoenoiu, Patrick D Février 2022

Voici quelques nouveautés importantes dans le domaine de la rhumatologie au cours de l’année 2021. La norme de soins actuelle de la néphrite lupique est basée sur un traitement immunosuppresseur séquentiel destiné à induire une réponse (traitement d’induction) et à éviter les récidives (traitement d’entretien). Les résultats de cette approche ne sont pas suffisamment satisfaisants, avec seulement 20 - 30% de réponse rénale complète à 6 -12 mois, au moins 20% de patients souffrant d’insuffisance rénale chronique et 5 -20% d’insuffisance rénale terminale 10 ans après le diagnostic. Nous discutons brièvement de deux nouveaux traitements, le belimumab et la voclosporine, récemment enregistrés par les agences de médicaments suite à des essais contrôlés qui ont démontré leur supériorité en ajout d’un traitement immunosuppresseur standard. Les progrès engendrés dans le domaine de la polyarthrite rhumatoïde en 2021 reposent sur une meilleure intégration d’objectifs tels que le suivi des symptômes quotidiens des malades et la prise en charge des comorbidités telles que les maladies cardiovasculaires. Une meilleure compréhension de sa physiopathogénie a permis, grâce à la recherche translationnelle, de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques incluant de nombreux agents biologiques et synthétiques ciblés.

Lire la suite

Rhumatologie

Les auto-anticorps antinucléaires : simplifions ce casse-tête !
Farah Tamirou, Frédéric A. Houssiau Juillet 2021

Les auto-anticorps antinucléaires (AAN) sont fréquemment recherchés mais leur interprétation n’est pas toujours aisée, en particulier lorsqu’ils sont demandés face à un tableau clinique atypique ; leur détection relève alors souvent d’une découverte fortuite. L’objectif de cet article est de revoir la place du dosage des AAN en clinique et leur signification en fonction du contexte du patient.

Lire la suite

Rhumatologie

Polyarthrite débutante : intérêt de la rémission précoce
Emilie Sapart1*, Stéphanie Dierckx2*, Tatiana Sokolova1, Aleksandra Avramovska1, Laurent Meric de Bellefon3, Adrien Nzeusseu1, Bernard Lauwerys1, Patrick Durez1 Novembre 2020

La polyarthrite est une affection inflammatoire chronique, d’origine immunitaire, caractérisée par une atteinte du tissu synovial pouvant détruire progressivement les articulations associée parfois à des manifestations extra-articulaires.

Ce rhumatisme, très hétérogène, peut causer des douleurs invalidantes, un handicap fonctionnel, entrainant une importante réduction de la qualité de vie.

Le diagnostic précoce et une meilleure compréhension de sa physiopathogénie ont permis, grâce à la recherche translationnelle, de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques, avec un changement substantiel dans la prise en charge de cette affection.

Lire la suite

Rhumatologie

L’atrophie musculaire induite par les glucocorticoïdes :...
Pauline Montigny (1), Jean-Paul Thissen (2) , Bernard Lauwerys (3), Frédéric Houssiau (3) Septembre 2019

Les glucocorticoïdes (GC) sont utilisés dans tous les domaines de la médecine pour leurs effets anti-inflammatoires et immunosuppresseurs. Leurs effets secondaires sont redoutés, notamment la myopathie cortisonique (MC). Celle-ci se caractérise par une atrophie musculaire s'installant de manière insidieuse, et joue un rôle pronostique important. La MC est liée au déséquilibre induit par les GC dans la balance entre synthèse et dégradation des protéines musculaires, en favorisant leur dégradation et inhibant leur synthèse. Nous proposons une revue des principaux mécanismes physiopathologiques de la MC, nous permettant d’élargir la discussion sur les potentielles cibles thérapeutiques telles que la myostatine, le récepteur de type IIB à l’activine, TRAF6 et REDD1. Enfin, des recommandations pratiques pour lutter contre la MC sont développées, dont l’exercice de résistance.

Lire la suite

Rhumatologie

Innovations diagnostiques et thérapeutiques en rhumatologie
Bernard R. Lauwerys Février 2019

Les développements thérapeutiques se multiplient en rhumatologie, en particulier dans le domaine des rhumatismes inflammatoires et systémiques.

Lire la suite

Rhumatologie

Les spondyloarthrites : nouveautés physiopathogéniques et...
A. Nzeusseu Toukap Février 2016

La spondyloarthrite est une affection inflammatoire chronique, d’origine immunitaire, caractérisée par une atteinte du squelette (axiale et/ou périphérique), associée la plupart du temps aux manifestations extra-articulaires (cutanée, digestive, oculaire). Ce rhumatisme, très hétérogène, peut causer des dégâts structurels et un handicap fonctionnel, entraînant une importante réduction de la qualité de vie. Une meilleure compréhension de sa physiopathogénie a permis, grâce à la recherche translationnelle, de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques, avec un changement substantiel dans la prise en charge de cette affection.

Lire la suite

Rhumatologie

La biopsie synoviale, un outil essentiel pour le traitement de...
L. Meric de Bellefon, M.S. Stoenoiu, Ch. Galant, A. Avramovska, S. Nieuwland Husson, A. Nzeusseu Toukap, B. Lauwerys, F.A. Houssiau, P. Durez Février 2016

La prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde (PR) a connu ces dernières années une évolution remarquable avec l’avènement de thérapeutiques ciblées très efficaces. Ces traitements ont pu être développés grâce à une connaissance plus précise de la physiopathologie de la polyarthrite en 2016. Dans les années futures, l’analyse de l’inflammation du tissu synovial sur le plan histologique et moléculaire permettra aux cliniciens de mieux définir le traitement de la PR.

Lire la suite