Tous les articles

Louvain Médical vous présente un site Internet dont l'aspect pratique, interactif et dynamique s'accorde parfaitement avec la qualité scientifique de ses articles, tant au niveau de ses actualités que de ses articles originaux.

Examen clinique de la hanche

Henri Nielens Publié dans la revue de : Mai 2018 Rubrique(s) : Congrès UCL de Médecine Générale

L’examen de la hanche comprend une anamnèse spécifique, l’observation de la marche à la recherche d’une boiterie ou, si le patient n’est pas capable de se tenir debout suite à un accident, la recherche d’une déformation (raccourcissement, rotation d’un membre inférieur). Au cours de l’anamnèse, il s’agit de demander au patient de montrer précisément la localisation de ses douleurs. Vient ensuite l’examen des mobilités de la hanche. Les rotations sont examinées en extension et en flexion de hanche. L’examen se poursuit par la palpation des sites des principales tendinopathies comme le grand trochanter qui est fréquemment le siège de phénomènes dégénératifs douloureux chez la femme de la soixantaine (« péritrochantérite »).

Lire plus

Prophylaxie en cas d’exposition non professionnelle au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) : mise à jour

Publié dans la revue de : Mai 2018 Rubrique(s) : Congrès UCL de Médecine Générale

L’infection par le virus de l’immunodéficience (VIH) reste un problème de santé public dans le monde. Les jeunes adultes sont ceux qui paient le tribut le plus lourd dans l’épidémie du VIH, 40% de nouveaux cas sont dans la tranche d’âge de 15 à 24 ans. Il existe quatre stratégies de prévention de l’infection VIH. La prophylaxie post-exposition (PEP) par l’administration d’un traitement antirétroviral chez les patients exposés en situation post-coïtale est une de ces stratégies. La probabilité de transmission du VIH dépend du type d’exposition, de l’état d’infectivité de la source et de la susceptibilité de la personne ayant été exposée. Le risque pour un individu d’acquérir le VIH après un accident d’exposition peut être calculé en multipliant le risque que la personne source soit VIH positive par le risque lié à l’exposition. La prophylaxie est recommandée lorsque le risque de transmission est supérieur à 1/1000, à considérer lorsque le risque est compris entre 1/1000 et 1/10 000. Lorsque le risque de transmission est inférieur à 1/10 000, la prophylaxie n’est pas recommandée. Dans tous les cas l’évaluation du risque doit se faire au cas par cas. La plupart des recommandations récentes recommandent 2 inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (NRTI) associés soit à un inhibiteur de l’intégrase (INI), soit à un inhibiteur de protéase boosté par le Ritonavir (IP/r). Le traitement sera initié idéalement dans les 24h et au plus tard 72h après l’exposition et dure 28 jours. Un contrôle de la sérologie VIH sera réalisé à 8 et 12 semaines avec un test sanguin de 4ème génération. Un soutien psycho-social et un accompagnement sont proposés pendant cette période.

Lire plus

Le traitement du VIH en 2018 : ce que doit savoir le médecin généraliste

Jean-Cyr Yombi Publié dans la revue de : Mai 2018 Rubrique(s) : Congrès UCL de Médecine Générale

De nombreux efforts de prévention et de traitement ont été réalisés depuis le déclenchement de l’épidémie du VIH et on estime qu’en juin 2017, 20.9 millions de personnes avaient accès au traitement antirétroviral. L’efficacité des nouvelles thérapeutiques antirétrovirales fait qu’aujourd’hui les patients porteurs du VIH ont une espérance de vie quasi normale. Le VIH est devenu une maladie chronique nécessitant un traitement au long cours. Cette situation pose de nouveaux problèmes, celui des comorbidités, de l’accumulation des toxicités des traitements antirétroviraux et enfin, celui lié au vieillissement. Jusque 2015, la question du début du traitement antirétroviral chez les patients asymptomatiques vivant avec le VIH a été longuement débattu mais deux études randomisées (Temprano et START) ont apporté depuis lors des évidences indiscutables montrant que tous les patients porteurs du VIH doivent être traités indépendamment du taux de CD4. Aujourd’hui la prise en charge du porteur du VIH ne doit pas que se limiter à la trithérapie. Nous devons lutter vigoureusement contre les comorbidités (hypertension artérielle, diabète, dyslipidémies ). L’arrêt du tabac et de la consommation excessive d’alcool et drogues doit être préconisé. Le dépistage des infections sexuellement transmissibles et leur traitement , le dépistage de certains cancers, plus fréquents dans la population VIH font partie également de la prise en charge. S’il est clair que tout patient porteur du VIH doit être traité, de nombreux défis persistent. Environ 40 % des patients porteurs du VIH sont diagnostiqués tardivement quand les CD4 sont bas. Il faudra donc améliorer le dépistage précoce en ciblant les populations les plus à risque.

Lire plus

Chirurgie bariatrique : le suivi en médecine générale

Benoit Navez(1), Jean-Paul Thissen (2,3) Publié dans la revue de : Mai 2018 Rubrique(s) : Congrès UCL de Médecine Générale

La reconnaissance de la chirurgie bariatrique comme une modalité à part entière du traitement de l’obésité et de ses comorbidités a conduit à une nette augmentation du nombre d’intervention de ce type. Afin de garantir le succès et de minimiser les risques, il paraît essentiel de connaître les grands principes du suivi postopératoire de ces patients. En effet, la chirurgie bariatrique impose une modification du comportement alimentaire, expose le patient à certaines complications et induit des carences nutritionnelles. Leur nature est fonction du type de chirurgie, soit purement restrictive (sleeve gastrectomie), soit mixte, restrictive et malabsorptive (bypass gastrique). Alors que les complications chirurgicales sont le plus souvent précoces, les carences nutritionnelles sont plus souvent tardives. Le suivi devra être intensifié en cas de comorbidités associées afin d’adapter le traitement médicamenteux. La grossesse ne pourra être envisagée qu’après une stabilisation du poids et la correction des carences.

Lire plus

Télécharger le pdf complet

Publié dans la revue de : Avril 2018 Rubrique(s) : Ama Contacts

.

Lire plus

Cytomegalovirus infection associated with portal vein thrombosis and thrombocytopenia: a case report

Gianfranco Di Prinzio (1), Phung Nguyen Ung (2), Anne-Sophie Valschaerts (2), Olivier Borgniet (2) Publié dans la revue de : Avril 2018 Rubrique(s) : Médecine Interne

Le Cytomegalovirus (CMV) est responsable d’une infection virale commune et souvent banale chez le sujet immunocompétent, mais qui n’est pas dépourvue de complications potentiellement graves. La thrombose porte en est un exemple. Le cas que nous décrivons concerne une patiente atteinte d’une infection à CMV, s’étant révélée par une éruption cutanée et s’étant compliquée d’une thrombose porte, en l’absence de thrombophilie connue. Une thrombopénie auto-immune est la seconde complication survenue dans notre cas. Cet article a pour but de souligner l’enjeu d’un tel diagnostic et de stimuler la réflexion sur l’intérêt du dépistage échographique précoce d’une thrombose splanchnique associée à une infection par le CMV.

Lire plus

Les traitements biologiques en dermatologie

Caroline Colmant, Pierre-Dominique Ghislain, Marie Baeck, Laurence de Montjoye (1) Publié dans la revue de : Avril 2018 Rubrique(s) : Dermatologie

Un éclairage sur les traitements biosimilaires a été apporté. Le Docteur Pierre-Dominique Ghislain nous a fait part de son expérience clinique et d’informations pratiques pour l’utilisation des biologiques en dermatologie. Enfin, quelques indications inhabituelles de traitements biologiques ont été illustrées par des cas cliniques rencontrés dans le service de dermatologie des Cliniques universitaires Saint-Luc.

Lire plus

Granulomatose avec polyangéite, à propos de plusieurs complications rares et sévères

Publié dans la revue de : Avril 2018 Rubrique(s) : Médecine Interne

La granulomatose avec polyangéite est une vascularite systémique rare avec une morbi-mortalité importante. Le diagnostic se base sur l’association de signes cliniques (atteinte des voies aériennes supérieures et inférieures ainsi que rénale), la présence d’anticorps spécifiques (ANCA anti-PR3) et l’examen anatomo-pathologique. Si le traitement actuel de la maladie a permis une forte diminution de la mortalité, la morbidité reste importante, liée à la maladie mais également aux effets secondaires du traitement.

Lire plus

Dermatose bulleuse à IgA linéaire

Antoine Costenoble, Dominique Tennstedt (1) Publié dans la revue de : Avril 2018 Rubrique(s) : Dermatologie

La dermatose à IgA linéaire est une dermatose bulleuse auto-immune rare. Cependant, elle est la maladie bulleuse pédiatrique la plus fréquente et atteint surtout les enfants dans la deuxième enfance. L’aspect histopathologique de cette affection est hautement suggestif. L’analyse par immunofluorescence directe permet de mettre en évidence un dépôt linéaire intense et homogène d’anticorps IgA, signature de cette pathologie.

Lire plus

La paralysie périodique hypokaliémique

Elise Osterheld (1), Julien Mergen (1), Marianne Michel (1), Evelyne Heylen (2) Publié dans la revue de : Avril 2018 Rubrique(s) : Pédiatrie

La paralysie périodique hypokaliémique est une pathologie rare à transmission autosomique dominante. Elle est causée par un défaut au niveau des canaux calciques ou sodiques. Certains facteurs tels que l’exercice physique intense, la prise alimentaire de glucose et le stress favorisent la survenue de ces épisodes de paralysie, qui durent de quelques heures à quelques jours.

Lire plus

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :