Tous les articles

Louvain Médical vous présente un site Internet dont l'aspect pratique, interactif et dynamique s'accorde parfaitement avec la qualité scientifique de ses articles, tant au niveau de ses actualités que de ses articles originaux.

HYPERCHOLESTÉROLÉMIE FAMILIALE

O.S. Descamps Publié dans la revue de : Mai 2016 Rubrique(s) : Symposium satellite

L’hypercholestérolémie familiale (HF) est une des maladies génétiques mortelles les plus fréquentes, touchant plus de 25.000 Belges. Elle est responsable de taux sévèrement élevés de cholestérol (> 300mg/dl) depuis la naissance et d’un risque dramatiquement précoce de complications vasculaires, cardiaques ou cérébrales dès l’âge de 30 ans chez les hommes, et 40 ans chez les femmes. Avec un diagnostic précoce et un traitement adéquat, idéalement commencé dès l’enfance, il est possible toutefois d’éviter toute complication cardiovasculaire.

Lire plus

L’EXAMEN CLINIQUE DU GENOU

A. Deltour Publié dans la revue de : Mai 2016 Rubrique(s) : Le Genou

L’examen clinique permet de déterminer le type d’examen technique utile à l’élaboration du diagnostic. Il doit être systématique et sera influencé par l’anamnèse. Bien conduit, il permettra de faire 90% du diagnostic final.

Lire plus

LA RÉHABILITATION AMÉLIORÉE OU LE “FAST-TRACK” APRÈS CHIRURGIE COLORECTALE : 10 ANS PLUS TARD…

A. Hartman, D. Leonard, R. Bachmann, N. Abbes Orabi , Ch. Remue, A. Kartheuser, Au nom du groupe intermétiers Fast-Track Publié dans la revue de : Mai 2016 Rubrique(s) : Sortie de l'hôpital

La réhabilitation améliorée après chirurgie, ou Fast-Track, est un concept introduit par Henrik Kehlet au Danemark durant les années nonante. C’est un programme qui a pour but de réduire l’impact du stress chirurgical en optimalisant les soins en périodes pré-, per-, et postopératoires. Notre objectif est de revoir, à la lumière de la littérature récente, les différentes mesures du programme de réhabilitation améliorée que nous utilisons depuis 10 ans dans notre unité de chirurgie colorectale.

Lire plus

DOCTEUR, JE SUIS ESSOUFFLÉ : LA PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRE AU SERVICE DU MÉDECIN GÉNÉRALISTE

F. Verschuren Publié dans la revue de : Mai 2016 Rubrique(s) : Diagnostics en urgence

Cet article établit quelques-uns des liens fondamentaux entre la physiologie respiratoire de base et la pratique de la médecine clinique telle qu’elle se présente en consultation, quand un patient évoque des symptômes d’origine pulmonaire, ou quand ce patient cherche auprès de son médecin des explications au bon fonctionnement de ses poumons et de sa respiration.

Lire plus

LES INHIBITEURS DE PCSK9 : UNE NOUVELLE CLASSE D’HYPOLIPÉMIANTS

O.S. Descamps Publié dans la revue de : Mai 2016 Rubrique(s) : Symposium satellite

La découverte en 2003 d’une nouvelle protéine, la PCSK9 (proprotéine convertase subtilisine/kexine de type 9), impliquée dans le métabolisme des particules LDL a conduit au développement d’une nouvelle classe de médicaments extrêmement puissants pour abaisser le cholestérol. Ainsi, plusieurs anticorps monoclonaux capables d’inhiber le PCSK9 (évolocumab d’AMGEN, alirocumab de SANOFI/REGENERON et Bocozicumab de PFIZER) en administration sous-cutanée mensuelle ou bimensuelle, permettent de réduire le cholestérol LDL de 45-75%, avec une très bonne tolérance et un bon profil de sécurité. Ceci ouvre la voie à une nouvelle stratégie thérapeutique pour aider les patients à atteindre leurs taux cibles de cholestérol LDL et compenser les limites d’utilisation des statines.

Lire plus

BPCO : DE VRAIES NOUVEAUTÉS ?

E. Marchand Publié dans la revue de : Mai 2016 Rubrique(s) : Pneumologie

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie fréquente et grevée d’une morbi-mortalité très importante. Les recommandations internationales GOLD ont récemment proposé une nouvelle classification reposant non plus seulement sur la sévérité du trouble ventilatoire obstructif mais aussi sur les symptômes et le risque d’exacerbation.

Lire plus

UN DICTIONNAIRE MÉDICAL NUMÉRISÉ DE L’ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE

J. Hureau, C-P. Giudicelli, J-L. Michaux Publié dans la revue de : Avril 2016 Rubrique(s) : Lettre à l'Editeur

Le dictionnaire médical numérique de l'Académie Nationale de Médecine (France ) est accessible à tous sur Internet. Il contient environ 60.000 définitions. Un comité de rédaction se réunit deux fois par mois pour normaliser et approuver les modifications apportées aux entrées. Le dictionnaire est visité chaque mois au moins 65.000 fois par des personnes de plus de 120 pays.

Lire plus

L’AUTOTRANSPLANTATION RÉNALE DANS LE LOIN PAIN HAEMATURIA SYNDROME : ÉPILOGUE

J. Ravaux Publié dans la revue de : Avril 2016 Rubrique(s) : Lettre à l'Editeur

En juin 2015, nous rapportions le cas d’une patiente de 29 ans, atteinte d’un « Loin Pain Haematuria Syndrome » (LPHS) pris en charge par autotransplantation rénale droite (1). Il s’agissait du deuxième cas d’autotransplantation rénale réalisé aux Cliniques universitaires Saint-Luc pour ce syndrome. Rappelons que ce recours à la chirurgie survenait après une tentative infructueuse de traitement antalgique et de psychothérapie. La patiente avait pu rejoindre son domicile après une semaine d’hospitalisation. On notait alors la disparition des douleurs initialement décrites mais la persistance d’une macro-hématurie à la sortie. Sept mois plus tard, la patiente décrivait des douleurs intenses similaires au niveau du flanc gauche, exigeant à nouveau une thérapie antalgique lourde à base de gabapentine, tramadol et oxycodone. Trois épisodes d’hématurie macroscopique avaient été aussi objectivés depuis l'autotransplantation. Il a alors été décidé de pratiquer une autotransplantation rénale gauche en décembre 2015. La patiente était de retour au domicile au quatrième jour post-opératoire. La fonction rénale était normale mais on notait la persistance d'une hématurie microscopique. Le traitement actuel consiste en la prise de paracétamol à la demande. Ce cas soulevait déjà la place de l’autotransplantation rénale dans la prise en charge de cette entité clinique complexe. Cette nouvelle expérience semble s’aligner sur notre première observation : en effet, la première autotransplantation rénale bilatérale réalisé aux Cliniques universitaires Saint-Luc a permis une disparition des douleurs, avec un follow-up de 28 ans. Notre observation confirme la place légitime de l’autotransplantation rénale comme traitement du LPHS.

Lire plus

LE GRANULOME ANNULAIRE GÉNÉRALISÉ : UNE INDICATION D’ABSTENTION THÉRAPEUTIQUE ?*

C. Mignon, D. Tennstedt Publié dans la revue de : Avril 2016 Rubrique(s) : Dermatologie

Le granulome annulaire est une maladie bénigne dont on ne connaît bien ni la physiopathologie, ni l’étiologie, ni les comorbidités et dont les traitements sont mal codifiés. L’intérêt de cette observation est de faire le tour des connaissances sur le granulome annulaire dans la littérature, en s’attardant plus particulièrement sur les traitements proposés et le bilan à effectuer.

Lire plus

PSORIASIS ET GROSSESSE À L’HEURE DES TRAITEMENTS BIOLOGIQUES À PROPOS D’UN CAS DE GROSSESSE SOUS USTEKINUMAB

H. Fierens, M. Baeck Publié dans la revue de : Avril 2016 Rubrique(s) : Dermatologie

Nous rapportons le cas d’une grossesse exposée à l’ustekinumab avec accouchement à terme d’un enfant en bonne santé. Le psoriasis touche de nombreuses femmes enceintes et son traitement durant la grossesse est un challenge surtout dans les formes sévères. Le psoriasis s’améliore généralement durant la grossesse ; cependant de nombreuses patientes doivent poursuivre un traitement. Outre le traitement local, les UVB restent le traitement de premier choix pour les psoriasis modéré à sévère. En cas de nécessité d’un traitement systémique les biologiques peuvent être envisagés. Les études quant à leur sécurité sont limitées mais les données des différents registres de suivi sont rassurantes. Leur prise imprévue durant le premier trimestre ne pose pas de problème.

Lire plus

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :