Tous les articles

Louvain Médical vous présente un site Internet dont l'aspect pratique, interactif et dynamique s'accorde parfaitement avec la qualité scientifique de ses articles, tant au niveau de ses actualités que de ses articles originaux.

Oto-rhino-laryngologie

Oto-rhino-laryngologie

Innovations 2022 en Oto-rhino-laryngologie et chirurgie...
Valerie Hox, Caroline Huart, Philippe Rombaux, Caroline de Toeuf, Sandra Schmitz, Alexandre Biermans, William Renwart, Marc Hamoir, Monique Decat, Daniele Desiati, Anaïs Gregoire Février 2023

Pour l'année 2022, le service d'Oto-Rhino-Laryngologie et Chirurgie Cervico-Faciale s'est concentré sur le bien-être de nos patients dans toutes les disciplines de notre spécialité. Tout d'abord, nous avons eu le plaisir d'obtenir le remboursement des produits biologiques tant attendus pour le traitement des patients atteints d’une rhinosinusite chronique avec des polypes nasaux. Ces nouvelles thérapies sont capables d'aider un nombre substantiel de patients dont la maladie ne peut être contrôlée par les traitements médicaux et chirurgicaux habituels. Ensuite, nous avons pu analyser une série de plus de 250 patients qui ont été opérés d'une parotidectomie avec un neuromonitoring peropératoire. Nous avons constaté que la préservation de la fonction du nerf facial était significativement meilleure par rapport aux données précédemment rapportées sur les parotidectomies sans neuromonitoring. Enfin, dans le domaine de l'implantation cochléaire pour les patients atteints d’une déficience auditive sévère, nous préparons l'avenir. De nouvelles techniques ont été développées pour préserver l'audition résiduelle lors de l'introduction de l'implant dans la cochlée, comme la chirurgie robotique et l'électrocochléographie peropératoire. Ces techniques nous permettront d'augmenter les indications de l'implantation, ce qui conduira à un plus grand nombre de patients qui seront aidés par cette technologie qui change la vie.

Lire la suite

Oto-rhino-laryngologie

Plaintes ORL liées au COVID-19
Caroline Huart, Karl Le Bras, Caroline de Toeuf, Naima Deggouj, Philippe Rombaux Mai 2020

Si la fièvre, les symptômes respiratoires, la toux et la fatigue étaient considérés initialement comme les symptômes majeurs du COVID-19, force est de constater que les plaintes ORL sont également très fréquentes chez les patients affectés par le SARS-CoV-2. En particulier, en parallèle au développement de la pandémie de COVID-19, une véritable explosion des plaintes d’anosmie a eu lieu. Bien que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) décrive ce symptôme comme étant peu fréquent, les études actuelles suggèrent le contraire et montrent même que l’anosmie pourrait parfois constituer l’unique plainte de patients porteurs du SARS-CoV-2. En Belgique, Sciensano a désormais repris ce symptôme comme un symptôme majeur du COVID-19; qui justifie à lui seul la réalisation d'un test de dépistage. En outre, toute anosmie brutale isolée doit motiver un respect strict des mesures de quarantaine et de protection.

Par ailleurs, l’examen de la sphère ORL expose les médecins à un risque important d’infection par le SARS-CoV-2 étant donné le tropisme du virus pour la sphère ORL et le risque d’aérosolisation lié aux actes ORL. Il est donc recommandé d’utiliser pour tout patient un matériel de protection adéquat et de limiter autant que possible les procédures potentiellement aérosolisantes ainsi que d’adapter la chirurgie ORL en période pandémique.

Le but de cet article est de décrire les différentes manifestations ORL liées à l’infection par le SARS-CoV-2, en portant une attention particulière aux plaintes d’anosmie ; ainsi que de rappeler les règles de bonne pratique ORL en cette période pandémique.

Lire la suite

Endocrinologie

Découverte fortuite d’une masse nasopharyngée dans un contexte...
Lara Delcour (1), Marie-Anne Labaisse (2), Carine Hinkeltz (3) Décembre 2018

Le diagnostic différentiel des masses nasopharyngées est large et regroupe principalement trois catégories de lésions : les masses bénignes avec les tumeurs bénignes et les lésions inflammatoires, les tumeurs malignes et les lésions congénitales. L’âge du patient, son contexte clinique, les symptômes associés à la masse et les données iconographiques sont des informations essentielles pour s’orienter parmi les différentes étiologies possibles. Dans un contexte de malformation de l’axe hypothalamo-hypophysaire et en se référant aux origines embryologiques de l’hypophyse, l’hypothèse du tissu hypophysaire ectopique extra-crânien est, bien que rare, une étiologie à évoquer devant une masse nasopharyngée. Cependant, la biopsie avec la réalisation d’un examen anatomopathologique est la seule technique permettant de confirmer l’origine histologique d’une lésion.

Lire la suite