Hépatite aiguë sur consommation de cocaïne : vignette clinique et revue de la littérature

Précédent
Barbara Gauchet (1), Véronique Gerard (2), Hadrien Fourneau (3) Publié dans la revue de : Janvier 2021 Rubrique(s) : Urgences

Résumé de l'article :

Nous exposons le cas d’un jeune patient admis en salle d’urgence pour hépatite aiguë toxique consécutive à la prise de cocaïne par voie nasale. La consommation de cocaïne peut entraîner de nombreuses complications aiguës, notamment hépatiques. Cette dernière est rarissime lorsqu’elle survient de manière isolée, sans autre atteinte systémique.

Nous détaillons l’affection d’un point de vue clinique et biologique ainsi que son évolution.

A partir des données de la littérature, nous tentons d’expliciter les effets hépatotoxiques de la cocaïne et leurs présentations cliniques, biologiques et histologiques. Nous reprenons les recommandations relatives à la prise en charge de tels effets et de leurs complications.

Le diagnostic étiologique ne fut pas simple à poser. Ce cas clinique nous a permis d’approfondir le diagnostic différentiel de l’hépatite aiguë. Il a également attiré notre attention sur l’importance cruciale d’une anamnèse minutieuse en salle d’urgence.

Que savons-nous a ce propos ?

- L'hépatite aiguë est une urgence médicale, elle peut évoluer vers l’insuffisance hépatique accompagnée d'encéphalopathie et être associée à un haut taux de mortalité et de morbidité lié à ses multiples complications. En faire le diagnostic et trouver l’étiologie rapidement est capital pour s’orienter vers la meilleure prise en charge et diriger le patient vers le service le plus approprié.

- La cocaine est responsable de multiples complications organiques aiguës.

Que nous apporte cet article ?

- Cet article nous apprend que l'hépatite aiguë liée à la prise de cocaine peut être isolée et non associée à une défaillance multisystémique. Cette atteinte est rare et encore mal connue du milieu médical. Le diagnostic étiologique n'est pas facile à poser.

- La toxicité de la cocaine sur le foie est liée à ses métabolites, et l'histologie mime la présentation d'une ischémie hépatique.

- Il n'existe pas encore d'antidote à l'heure actuelle.

- Une prise en charge aux soins intensifs est requise lors d'hépatite aiguë accompagnée de coagulopathie.

Mots-clés

Hépatite aigue, cocaine, hépatotoxicité, anamnèse toxicologique

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :