Fibrillation atriale et diabète : rôle des anticoagulants oraux directs

Précédent
Cédric Hermans, Martin Buysschaert Publié dans la revue de : Mars 2021 Rubrique(s) : Actualité thérapeutique

Résumé de l'article :

La fibrillation atriale non valvulaire (FANV) représente l’arythmie cardiaque la plus habituelle et une indication majeure de traitement anticoagulant oral. La FANV est particulièrement fréquente chez les patients diabétiques, exposés à un risque plus important de complications thrombotiques et/ou hémorragiques. Les anticoagulants oraux directs (AODs) remplacent progressivement les anti-vitamines K (AVKs) parmi les malades en FANV. Ils sont en effet aussi efficaces que les AVKs pour réduire les risques d’accidents emboliques cérébraux et systémiques tout en réduisant les d’hémorragies sévères et cérébrales. Plusieurs études récentes ont démontré que les AODs apportent les mêmes bénéfices en termes d’efficacité et de sécurité chez les sujets diabétiques en FANV par rapport aux non-diabétiques. Parmi les AODs, l’edoxaban, tel que suggéré par les résultats de l’étude ENGAGE AF-TIMI 48, semble se distinguer par une diminution significative du risque de complications hémorragiques sévères par rapports aux AVKs chez les patients diabétiques.

Mots-clés

Anticoagulants oraux directs (AODs), fibrillation atriale (FA), diabète, edoxaban

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :