Choc septique et pyomyosite causés par un Staphylocoque doré sécréteur de la leucocidine de Panton-Valentine chez un enfant de 1 an

Précédent
Julien Charlier (1), Astrid Haenecour (2), Dimitri Van der Linden (3) Publié dans la revue de : Décembre 2019 Rubrique(s) : Pédiatrie

Résumé de l'article :

La pyomyosite est une infection bactérienne aiguë d’un ou plusieurs muscles striés, pouvant mener à la formation d’abcès. C’est une affection peu fréquente, dont les conséquences peuvent être sévères, voire fatales pour le patient. Principalement décrite dans les pays tropicaux, elle existe également dans les régions tempérées. Sa physiopathologie est encore mal comprise. La pyomyosite survient possiblement après un traumatisme musculaire mineur permettant un accès hématogène des bactéries vers le muscle strié. Sa présentation clinique est généralement insidieuse et peu spécifique, ce qui en fait un challenge diagnostic pour le clinicien. Cependant, un diagnostic rapide permet la mise en place d’une antibiothérapie précoce et prévient la survenue de complications. Les piliers pour établir le diagnostic sont essentiellement l’imagerie par IRM et la culture bactérienne à partir des liquides biologiques. La principale bactérie en cause dans cette affection est le Staphylococcus aureus (SA). La leucocidine de Panton-Valentine (PVL) est une toxine sécrétée par le SA. Elle est régulièrement évoquée comme facteur de virulence dans les infections invasives à SA, mais selon l’atteinte, son rôle est controversé. Nous présentons ici un cas de pyomyosite de la paroi abdominale à SA sensible à la Méthicilline (SASM), et sécréteur de PVL chez un enfant de 1 an, vivant en milieu tropical et de passage en Belgique.

Mots-clés

Pyomyosite, Staphylococcus aureus, Leucocidine de Panton-Valentine, Infection pédiatrique

Que savons-nous à ce propos ?

- La pyomyosite est une infection bactérienne aiguë d’un ou plusieurs muscles striés, dont les conséquences peuvent être sévères. Sa présentation clinique est insidieuse et peu spécifique.

- Elle touche principalement les muscles du membre inférieur.

Que nous apporte cet article ?

- Cette affection bien connue en milieu tropical est en augmentation en zone tempérée.

- La toxine PVL est un facteur de virulence du SA dont le rôle est encore mal compris.

- La présentation clinique de la pyomyosite peut être inhabituelle et mimer d’autres affections.

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :