Syndrome du choc toxique menstruel chez une jeune patiente

Précédent
Diane Elate-Lea1, Florence Dive2, Frédéric Feye3 Publié dans la revue de : Décembre 2021 Rubrique(s) : Urgences

Résumé de l'article :

Une jeune patiente de 20 ans, sans comorbidité, est admise dans le service des urgences en état de choc. Initialement, un diagnostic de choc septique à point de départ urinaire est posé. La patiente présente un tableau de douleurs abdominales associées à une leucocyturie et à un antécédent récent de cystite non traitée. Admise dans le service des soins intensifs, la patiente signale avoir gardé la veille de son admission aux urgences, un tampon vaginal durant plus de 24 heures pour ses menstruations en cours. Le diagnostic de syndrome du choc toxique menstruel (SCT) est posé. Une antibiothérapie par flucloxacilline et clindamycine par voie intraveineuse est alors initiée.

La présentation de ce cas a pour but d’illustrer les différentes étapes qui ont mené à ce diagnostic rare, l’importance d’une anamnèse approfondie, ainsi que le traitement.

Que savons-nous à ce propos ?

Pathologie mortelle, rare, touchant les femmes en âge de procréation.

Que nous apporte cet article ?

Revue de littérature récente, rappel des critères diagnostiques, facteurs de risques, protocole de prise en charge et traitement.

Mots-clés

Syndrome du choc toxique menstruel, Staphylococcus aureus, Toxine 1 du syndrome du choc toxique, Tampons, Menstruations

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure