Stéatose métabolique, carcinome hépatocellulaire, prurit cholestatique, encéphalopathie et maladies inflammatoires intestinales : quelles nouveautés en 2020 ?

Précédent
Nicolas Lanthier, Ivan Borbath, Géraldine Dahlqvist, Bénédicte Delire, Olivier Dewit Publié dans la revue de : Février 2021 Rubrique(s) : Hépato-gastroentérologie

Résumé de l'article :

Voici quelques nouveautés importantes dans le domaine de l’hépato-gastroentérologie au cours de l’année 2020… Un consensus d’experts a décidé d’une dénomination plus claire pour la maladie stéatosique « non-alcoolique », désormais appelée « métabolique » et définie par des critères positifs. En cas de stéatohépatite fibrosante, le lanifibranor, un agoniste triple des trois isoformes du récepteur activé par les proliférateurs de peroxysomes (PPARα,δ,γ) a montré une nette supériorité par rapport au placebo pour la guérison de la maladie, la régression de la fibrose et l’amélioration du profil métabolique. Pour les patients souffrant d’un carcinome hépatocellulaire à un stade avancé, l’approche combinée par atezolizumab (anti-PD-L1) et bevacizumab (anti-VEGF)améliore grandement le pronostic, et est incontestablement la réference en première ligne. En cas de prurit cholestatique, les fibrates sont bénéfiques sur les symptômes. La rifaximine, un antibiotique à large spectre, faiblement absorbé, efficace pour la prévention secondaire de l’encéphalopathie hépatique est désormais remboursée en association avec le lactulose. Pour les maladies inflammatoires intestinales, l’ustekinumab (anti-IL12-IL23) est maintenant remboursé dans la rectocolite et l’infliximab (anti-TNF) ainsi que le vedolizumab (anti-intégrine) peuvent être administrés par voie sous-cutanée. Enfin, les patients présentant une maladie inflammatoire intestinale n’ont pas de risque accru d’infection à coronavirus ni de développement de COVID-19 sévère. Malgré leur traitement immunosuppresseur, ces patients peuvent (et doivent même…) bénéficier du vaccin actuellement disponible.

Mots-clés

MAFLD, NASH, lanifibranor, carcinome hépatocellulaire, atezolizumab, bevacizumab, prurit, rifaximine, encéphalopathie, infliximab, ustekinumab, vedolizumab, COVID-19

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :