L’entérocolite du prématuré : la comprendre, la reconnaitre, la prévenir

Précédent
Stéphanie Jasienski (1), Bénédicte Van Grambezen (1) , Renaud Menten (2), Olivier Danhaive (1) Publié dans la revue de : Septembre 2021 Rubrique(s) : Cas cliniques

Résumé de l'article :

L’entérocolite ulcéro-nécrosante (ECUN) est une pathologie intestinale aiguë du prématuré. C’est une des premières causes de morbidité et de mortalité. Elle peut parfois être imprévisible et fulminante. La physiopathologie reste incomplètement comprise et plusieurs facteurs interviennent : l’immaturité de la muqueuse intestinale avec une dérégulation de la réponse de l’immunité du chorion sous-muqueux, l’immaturité vasculaire et un déséquilibre du microbiote (parfois iatrogène). Sa prévention doit rester la règle. La reconnaissance précoce d’une possible intolérance digestive (stade I de la classification de Bell, pré-ECUN) au cours de l’alimentation orale est capitale. Le traitement essentiellement médical et rapide permet d’améliorer son pronostic. La prise en charge est multidisciplinaire en cas de complications. Le traitement chirurgical en centre tertiaire est nécessaire dans les formes sévères et doit viser une approche conservatrice dans la mesure du possible. Ses complications peuvent être précoces ou tardives. Hormis le contrôle rigoureux de la progression alimentaire entérale, les seuls facteurs réellement préventifs établis sont le lait humain, idéalement le lait de la propre mère, et les probiotiques.

Que savons-nous à ce propos ?

L’ECUN du prématuré reste une complication grave de la prématurité, malgré les progrès en néonatologie, avec une mortalité élevée et des complications significatives à long terme.

Que nous apporte cet article ?

La physiopathologie de l’ECUN du prématuré est complexe et ses présentations variées. Il est important d’en reconnaître rapidement les signes initiaux et d’en faire le diagnostic différentiel afin de la traiter au mieux. Certaines mesures préventives offrent la possibilité d’en réduire l’incidence et les conséquences.

Mots-clés 

Entérocolite ulcéro-nérosante, prématuré, physiopathologie

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure