La médecine générale à l’UCL

Précédent
Dominique Pestiaux Publié dans la revue de : Novembre 2017 Rubrique(s) : Ama Contacts
Télécharger le pdf

Résumé de l'article :

Dans les années 1970, il fallait demander l’autorisation au professeur Sonnet pour faire un stage de médecine générale de quinze jours et une commission de médecine générale présidée par le professeur Arcq voyait le jour. Que de chemin parcouru depuis pour cette discipline aujourd’hui reconnue comme spécialité à part entière, répondant ainsi aux trois missions de l’université, à savoir, l’enseignement, la recherche et le service à la communauté.

Article complet :

Pour l’enseignement, les départements de médecine générale ont souvent été précurseurs dans les facultés de médecine, en s’investissant rapidement dans l’enseignement de la lecture critique, de l’EBM ou encore en mettant en places des pédagogies innovantes. A l’UCL, l’implication du CAMG (Centre Académique de Médecine Générale) dans de nombreux secteurs et le développement de la maîtrise complémentaire ont permis de mieux faire connaître cette discipline pour un choix positif de la spécialisation et aussi collaborer avec de nombreux acteurs des cliniques Saint-Luc pour apprendre à mieux se connaître. Pour la recherche, en Belgique, c’est surtout en Flandres que celle-ci s’est développée voyant se réaliser de nombreuses thèses de doctorat, une très grande quantité de publications dans les revues les plus prestigieuses ou encore la participation à des réseaux internationaux de recherche en soins de santé primaire. Chez nous, priorité depuis de nombreuses années, la présence de chercheurs seniors capables de superviser les recherches des plus jeunes est encore insuffisante et les doctorats peu nombreux. Comme le souligne Cassian Minguet dans l’interview de ce numéro, Il s’agit sans doute d’un véritable défi pour le futur bien compris par notre doyen qui a obtenu l’ouverture d’un poste temps plein dont la priorité sera placée plus spécifiquement sur la recherche. Pour le service à la communauté, le réseau santé-Louvain de médecine générale, structure officielle de la faculté est un moyen important de promotionner la médecine générale dans la communauté et auprès des maîtres de stage qui sont à l’UCL aux environs d’un bon millier. La question de la création d’une consultation de médecine générale offrant les différentes dimensions de cette pratique au départ de la CMGU (Consultation de Médecine Générale d’Urgence) actuellement hébergée dans des containers sur le site des cliniques Saint-Luc va se poser avec la construction d’une nouvelle tour sensée héberger les activités du CAMG. Une pratique de médecine générale comprenant toutes les caractéristiques de celle-ci serait de nature à offrir aux stagiaires un outil de qualité pour l’apprentissage de la discipline, mais aussi pour l’évaluation de ceux-ci dans un contexte académique offrant la possibilité de soigner des patients.

Les évolutions récentes de la médecine générale au sein de notre faculté ont conduit à une « académisation » ou « universitarisation » de cette spécialité. De nombreuses preuves existent prouvant qu’un investissement plus important dans les soins de santé primaires est bon pour les patients et les systèmes de santé (figure 1). Un usage plus important de la médecine générale est associé avec des coûts moindres, une plus grande satisfaction des patients, moins d’hospitalisations et de visites dans les salles d’urgence et… surtout une diminution de la mortalité.(1) C’est sans doute la meilleure réponse à la fragmentation des soins, l’hospitalo-centrisme ou la marchandisation de ceuxci. (OMS, 2008) Comme le précise le professeur Marie- Dominique Beaulieu (Université Montréal) : « Partager la relation médecin-patient avec d’autres professionnels dans des modèles de pratique collaborative est sans doute la stratégie la plus efficace pour préserver le caractère unique de la profession de médecin généraliste, l’étendue de la pratique, la vue globale d’une situation et le point de vue privilégié pour assurer des soins continus et intégrés. » L’interview du Docteur Cassian Minguet, nouveau directeur du CAMG-UCL, montre des perspectives encourageantes pour le futur de la médecine générale au sein de notre faculté. Et les défis sont nombreux pour une équipe rajeunie et enthousiaste, soutenue par nos autorités facultaires.

Le numéro complet est disponible via le lien de tléchargement du pdf.

Nous vous souhaitons une bonne lecture de ce numéro.

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :