Hypomagnésémie sévère induite par la prise d’un inhibiteur de la pompe à protons : à propos de 2 cas et revue de la littérature

Précédent
Matveï Apraxine(1,2), Pierre Levecque†(3), Patrick Druez(1), Karin Dahan(4) Jean-François Cambier(2), Jean-Philippe Lengelé(2) Publié dans la revue de : Septembre 2019 Rubrique(s) : Gastro-entérologie

Résumé de l'article :

La prise d’un inhibiteur de la pompe à protons, traitement incontournable de l'œsophagite par reflux et de l’ulcère gastro-duodénal, peut se compliquer d’une hypomagnésémie, avec une hypoparathyroïdie fonctionnelle et une hypocalcémie. Les symptômes peuvent être mineurs (crampes) ou plus sévères (rhabdomyolyse, troubles du rythme cardiaque, épilepsie). Nous rapportons le cas de deux patients dont l’hypomagnésémie sévère s’est rapidement résolue à l’arrêt du médicament. Nous revoyons ici le mécanisme sous-jacent de cet effet secondaire, partiellement élucidé, et vraisemblablement lié à une diminution de l’absorption intestinale du magnésium dépendante du transporteur TRPM6 (Transient Receptor Potential Melastatin type 6).

Que savons-nous à ce propos ?

L’hypomagnésémie est une complication rare, méconnue et potentiellement sévère de l’utilisation des inhibiteurs de la pompe à protons. Cet effet est réversible à l’arrêt du traitement.

Que nous apporte cet article ?

Il rappelle que l’absorption du magnésium alimentaire dépend du transporteur actif TRPM6 dont l’activité est modulée par le pH intestinal.

Mots-clés

Hypomagnésémie, inhibiteurs de la pompe à protons, IPP, TRPM6

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :