Faut-il s’inquiéter d’un nodule thyroïdien positif au PET-scan ?

Précédent
Cédric Reichel, Maude Berckmans, François Jamar Publié dans la revue de : Mars 2019 Rubrique(s) : Session de Thyroïdologie

Résumé de l'article :

La découverte fortuite (appelée incidentalome) de structures focales hypermétaboliques au PET-CT utilisant le 18F-fluorodéoxuyglucose est assez fréquent. Il concernerait environ 1,5 à 2% des cas. La prévalence de cancers identifiés est cependant assez faible, largement en-dessous de 1%. En prenant en compte que le PET-CT est essentiellement effectué chez des patients atteints de cancer, parfois avancé, il est important de ne pas se précipiter sur une mise au point exhaustive dont l’impact clinique peut être limité par rapport au pronostic du patient. De manière synthétique, la mise au point d’anomalies focales rejoint celle de la prise en charge des nodules thyroïdiens, soit une classification échographie rigoureuse et un complément par cytoponction à l’aiguille fine dans les cas proposés par les recommandations en vigueur. Dans le cas d’un hypermétabolisme diffus, une mise au point endocrinienne, clinique et biologique est indiquée.

Mots-clés 18F-fluorodéoxyglucose, PET-CT, incidentalome thyroïdien

Messages clés

• La découverte d’un nodule thyroïdien positif au PET-scan est fréquente, mais peu spécifique.

• La mise au point doit inclure une recherche d’anticorps auto-immuns, une échographie ciblée et pour les nodules suspects, une cytoponction à l’aiguille fine.

• Le contexte général du patient, souvent oncologique, doit conduire à une certaine réserve en fonction de son pronostic global.

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :