Épidermolyse aigüe staphylococcique chez un adolescent

Précédent
Marylou Lefèvre, Audrey Bulinck, Pierre-Paul Roquet-Gravy Publié dans la revue de : Janvier 2020 Rubrique(s) : Dermatologie

Résumé de l'article :

L’épidermolyse aigüe staphylococcique (EAS) est une dermatite exfoliative affectant principalement les nourrissons et les jeunes enfants. Cet exanthème infectieux caractérisé par un décollement superficiel de l’épiderme est dû à une infection par un S. aureus producteur d’exfoliatines A et/ou B. Le cas décrit va nous permettre d’illustrer la clinique de l’EAS caractérisée par une éruption érythrodermique et bulleuse associée à des lésions érythémateuses suintantes dans les zones de frottement et accompagnée d’une pyrexie. Le dignostic est établi cliniquement. Une évolution favorable est observée sous antibiothérapie intraveineuse anti-staphylococcique par flucloxacilline associée à des soins locaux et une ré-équilibration hydro-électrique.

Nous abordons également la physiopathologie et le diagnostic différentiel de l’EAS en soulignant l’importance d’un diagnostic précoce. Nous discutons ensuite des lignes directrices concernant la prise en charge, notamment le bénéfice de l’association de la clindamycine et d’un laxatif osmotique ou encore l’utilisation de plasma frais congelé ou d’immunoglobulines en cas de non-réponse aux antibiotiques.

Mots-clés

Épidermolyse aigüe staphylococcique EAS, dermatite exfoliative, adolescent, bulles, toxines exfoliatives, clindamycine

Que savons-nous à ce propos ?

- L’épidermolyse aigüe staphylococcique (EAS) est une dermatite exfoliative due à une infection par un S. aureus sécréteur d’exfoliatines A et/ou B (ETA et ETB).

- Elle concerne surtout les nourrissons, les jeunes enfants avant l’âge de 10 ans et les adultes immunodéprimés ou atteints d’insuffisance rénale.

Le diagnostic est essentiellement clinique.

Le traitement repose sur une antibiothérapie intraveineuse anti-staphylococcique. 

Que nous apporte cet article ?

 - Cet article nous informe sur l’importance et les étapes d’une reconnaissance rapide des signes cliniques pour un diagnostic précoce de l’EAS et illustre la présentation clinique du phénotype adolescent.

- À partir d’une revue de la littérature, il permet de détailler la physiopathologie de l’EAS, de différencier l’EAS de la nécrolyse épidermique toxique (NET) ou de l’impétigo bulleux, de rappeler les lignes directrices de la prise en charge, et de discuter des bénéfices de l’ajout de la clindamycine et d’un laxatif osmotique, ou de l’injection de plasma frais congelé ou d’immunoglobulines IV en cas de résistance aux antibiotiques.

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :