Damage Control Management : du concept chirurgical à une prise en charge multidisciplinaire pour des patients choisis

Précédent
Jean-Paul Lechat Publié dans la revue de : Septembre 2019 Rubrique(s) : Anesthésie-Réanimation

Résumé de l'article :

Initialement spécifique pour le polytraumatisé grave, le concept de Damage Control (DC) s'est étendu à la médecine aiguë avec une apogée à la suite des attentats récents et mobilise une série d'acteurs de la chaine de soins. En pré hospitalier, le DC dans son exigence de contrôle précoce de l'hémorragie (pose d'un garrot et ceinture pelvienne), a modifié la trilogie ABC en C-ABC : "Control haemorrhage first", avant "Airway – Breathing – Circulation".

Aux urgences, durant la « golden hour », le team leader doit assumer quatre tâches : superviser le déroulement des gestes vitaux, initier le protocole de transfusion massive, limiter les examens complémentaires et prioriser les gestes chirurgicaux à planifier. Au QO, la réalisation d'interventions sommaires visant le contrôle de l'hémorragie et de la contamination microbienne, en tolérant des paramètres non normalisés, hormis la température contrôlée dès l'admission, doit être faite dans la deuxième heure : la rapidité de la chirurgie est LA priorité.

Aux soins intensifs, la restauration d'une homéostasie endéans les 36 heures doit permettre une intervention chirurgicale secondaire à visée anatomique et fonctionnelle. Parfois, plusieurs interventions intermédiaires seront nécessaires pour parfaitement contrôler l'hémorragie et l'infection avant de permettre la chirurgie définitive.

Que savons-nous à ce propos ?

Le « Damage Control Surgery » en traumatologie repose sur la réalisation d'interventions chirurgicales immédiates, rapides et limitées chez un patient polytraumatisé instable. À l'entrée de ce nouveau millénaire, le terme de « Damage Control Ressuscitation » l'a supplanté.

Que nous apporte cet article ?

L'importance de la composante hémostatique est mise en avant dans ces situations, suite à une connaissance accrue de la physiopathologie de la coagulopathie induite par le trauma.

Le concept du « Damage Control » applicable également à l'hémorragie obstétricale, chirurgicale, la prévention du "second hit", la gestion d'afflux massif de blessés et la chirurgie humanitaire implique, au-delà de la chirurgie, tous les intervenants de la médecine aiguë.

Dans notre réalité chirurgicale spécialisée sans "Trauma Surgeon", le rôle de "leader" est primordial pour une prise en charge rapide et une synchronisation chirurgicale efficiente. Une meilleure maîtrise du FAST contribue au respect des délais de prise en charge.

Mots-clés

Damage control ressuscitation, hémorragie massive, coagulopathie du polytraumatisé, triade létale.

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :