Traitement endoscopique de fistules pancréatiques postopératoires

Précédent
Gabriela Gujda, Catherine Hubert, Tom Moreels, Julie Navez, Enrique Perez Cuadrado-Robles, Pierre-Henri Deprez Publié dans la revue de : Novembre 2018 Rubrique(s) : Mémoires de Recherche Clinique
Télécharger le pdf

Résumé de l'article :

Promoteur

Pierre-Henri Deprez

Mots-clés

Fistule pancréatique postopératoire, endoscopie interventionnelle, echoendoscopie, drainage transpapillaire

Article complet :

INTRODUCTION ET BUT DE L’ÉTUDE

Les fistules pancréatiques post opératoires (POPF) sont une des complications cliniques fréquentes après pancréatectomie partielle. Le traitement endoscopique est considéré efficace mais le choix du type de traitement reste peu étudié dans la littérature. Le but de notre étude était de comparer l’efficacité et la sécurité de l’approche transpapillaire par cathétérisme rétrograde (ERCP) au drainage échoendoguidé transmural (EUS) dans le traitement des fistules survenant après pancréatectomies distales.

 

MÉTHODES

Dans une étude observationnelle et analytique rétrospective de type cohorte, nous avons analysé tous les patients (n=173) ayant eu une pancréatectomie caudale depuis 2000. L’objectif primaire était d’évaluer le succès clinique du traitement endoscopique défini en tant que résolution complète de la fistule et/ou de la collection pancréatique (ou réduction en taille < 2cm), en association avec la résolution des symptômes, et sans nécessité de recours à un drainage percutané ou chirurgical. Les objectifs secondaires étaient le succès technique (placement de stents), le taux de complications des procédures endoscopiques, le taux de réintervention. Les variables ont été analysées selon les t-test de Student, U-test de Mann-Whitney, χ² test, et Anova. Les patients ont été divisés en 3 groupes (ERCP, EUS, et EUS combiné avec ERCP).

 

RÉSULTATS

Sur les 173 patients chirurgicaux, 58 POPF de grade B and C ont été traitées par endoscopie. Le taux de fistule n’était pas lié au type de chirurgie (queue seule, corps-queue, +-splénectomie, +- autre résection d’organe, énucléation, isthmectomie), ni à l’indication chirurgicale (cancer, tumeur, kyste, traumatisme, pancréatite). Les fistules étaient plus sévères chez les patients plus âgés (p=0.043). Les patients ont été traités by ERCP seule (n=31, 53.4%), EUS seule (n=13, 22.4%) ou la combinaison EUSERCP (n=14, 24.1%). Nous avons observé un shift progressif vers plus d’usage de l’EUS (0% 2000-2005; 23% 2006-2010, et 48% 2011-2016). Le taux de succès technique était similaire dans tous les groupes (87-100-88%). Le taux de succès clinique chez les patients traités par EUS était significativement meilleur qu’avec ERCP seule (96,3% (26/27) vs. 64,5% (20/31), p=0,003). Le taux global de réintervention était de 44.8%, significativement plus bas quand EUS faisait partie du traitement (20 et 23% vs. 55%, p<0.05). Le taux de complications liées à ERCP et EUS étaient respectivement de 9,5% (7/75) et 17% (6/35), p=0.237, avec une diminution à 2 complications seulement les 5 dernières années.

 

CONCLUSIONS

Le traitement endoscopique était hautement efficace dans le traitement des fistules pancréatiques post-pancréatectomies caudales, avec un taux de succès clinique significativement meilleur pour le drainage échoendoguidé comparé au drainage transpapillaire par ERCP, résultant dans un taux de réinterventions moindre. Nous proposons donc de considérer le drainage guidé par échoendoscopie en première ligne, en réservant le drainage canalaire transpapillaire aux cas présentant une sténose canalaire ou une collection inaccessible à l’EUS.

 

AFFILIATIONS

Cliniques universitaire Saint-Luc, Service D'Hépato-gastroentérologie, avenue Hippocrate 10, B-1200 Bruxelles

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :