Nouvelles perspectives pour le Centre Académique de Médecine Générale

Précédent
Cassian Minguet Publié dans la revue de : Octobre 2017 Rubrique(s) : Actualité facultaire
Télécharger le pdf

Résumé de l'article :

Depuis quelques semaines le Docteur Cassian MINGUET assume la tâche de gestionnaire académique du CAMG (Centre Académique de Médecine Générale). Il s’agit d’une responsabilité majeure alors que la Médecine Générale connaît de réelles mutations et que son rôle est de plus en plus valorisé. Après une brève présentation de la carrière du Docteur MINGUET, le Louvain Médical lui ouvre ses pages pour décrire son projet, sa vision, ses ambitions alors que l’évolution des études de médecine, avec la double cohorte d’étudiants qui arriveront au terme de leur formation en 2018, représente une opportunité majeure pour cette discipline que l’UCL a toujours activement promu avec succès.

Article complet :

Parcours professionnel du Dr Cassian MINGUET, nouveau responsable du Centre Académique de Médecine Générale (CAMG)

Après avoir obtenu son diplôme de Docteur en médecine, Chirurgie et Accouchements à l’UCL en juillet 1985, le Docteur Cassian MINGUET assume des remplacements de confrères dans différentes régions de la Belgique, en attendant d’être appelé sous les drapeaux. Il réalise son service militaire comme officier de réserve et s’installe par la suite dans son village natal, Aywaille, comme médecin généraliste.

En 1996, il débute des activités d’animateur de séminaire locorégional, à Verviers. En 1999, Il forme son premier assistant et, depuis cette première expérience, continue à en former et à encadrer des stagiaires.

En 2000, il rejoint l’équipe du Centre académique de médecine générale (CAMG) de l’UCL comme maître de conférence invité. Il siège douze ans à la Commission d’agrément et, en 2003, est nommé représentant pour les universités belges au Comité Directeur de la formation spécifique en Médecine Générale du Grand-Duché de Luxembourg. En 2009, il suit un DIU de pédagogie médicale à Paris V.

Depuis 2016, il est membre du Conseil Supérieur des médecins spécialistes et des médecins généralistes et du groupe de travail médecins généralistes. Il travaille toujours comme médecin généraliste, au sein d’un cabinet de groupe, dans son village.

En juillet 2017, il été nommé responsable du CAMG. Ses travaux de publications portent sur la pédagogie, en particulier sur la notion de flexibilité en médecine générale.

 

Nouvelles perspectives pour le Centre Académique de Médecine Générale

La formation en médecine générale à l’UCL vit en ce moment un certain nombre de changements. A l’occasion du renouvellement du poste de gestionnaire de cette entité académique, une perspective des défis qui s’annoncent est vue sous un angle entrepreneurial qui prend pour symbole la reconstruction d’un navire du XVIIIème siècle, l’Hermione.

Men do change, and change comes like a little wind that ruffles the curtains at dawn, and it comes like the stealthy perfume of wildflowers hidden in the grass.
John Steinbeck

Au début des années 1990, à Rochefort en France, des passionnés décident de reconstruire un navire du XVIIIème siècle : l’Hermione1 . C’était la frégate qui amena Lafayette aux côtés de Washington durant la guerre d’indépendance des Etats-Unis.

Printemps 2017, la Faculté de médecine de l’Université catholique de Louvain ouvre le poste de gestionnaire académique du Centre Académique de Médecine Générale (CAMG) pour une nouvelle période de cinq ans.

Quoi de commun entre la grande idée navale et la mission de gestion d’une petite entité universitaire ?

Toute entreprise a besoin d’un symbole. Reconstruire L’Hermione, c’était commémorer l’aide de la France au futur Etat américain. Marie-Joseph Gilbert Motier, marquis de Lafayette (1757-1834) qui depuis trois ans se battait aux côtés des insurgés, est revenu en France convaincre le Roi. Il embarque secrètement à bord de l’Hermione qui appareille le 10 mars 1780 « en évitant toutes les voiles qui se rencontreraient » pour toucher Boston trente-huit jours plus tard : il vient annoncer l’arrivée d’un contingent commandé par Rochambeau.2

La gestion d’une équipe universitaire comme le CAMG est aussi, toutes proportions gardées, une entreprise. Son symbole serait ce navire, s’inspirant de sa reconstruction, depuis les plans des débuts jusqu’à sa traversée de l‘Atlantique.

L’Hermione avait une structure ; L’Hermione avait un équipage ; L’Hermione avait une façon de naviguer ; L’Hermione avait une destination.

 

La structure

Les bateaux naissent en forêt 3

Cinq mille arbres, des chênes - tors pour la solidité des courbes - bâtissent une coque de quarante-quatre mètres de long. Des pins pour les trois mâts, cinquante six mètres pour le plus grand, et mille deux cent mètres carrés de voilure. La construction de la nouvelle Hermione a duré dix-huit années, et a couté vingt-six millions d’euros ; celle de la première Hermione avait nécessité « trente-trois mille journées du Roy » sur six mois de temps.4 Dans un navire, chaque compartiment a sa fonction. La cale, pleine de victuailles, le pont de batterie et ses trente-deux canons de douze, le pont de gaillard où l’on manœuvre, l’entrepont où on dort dans des hamacs et la mâture où les gabiers travaillent dans les vergues. Un marin est installé en permanence de surveillance sur la grande hune.

Le CAMG, entité qui dépend directement du Doyen de la Faculté de médecine, fonctionnera un peu de la même manière, avec des cellules : cellules qui auront pour nom concours, stages, enseignement, master de spécialisation, communication, publication, médiation, rôle sociétal, recherche, évaluation.

 

L’équipage

« Il a fallu sélectionner des hommes du XXIème siècle capables de faire un travail du XVIIIème siècle et mon principal critère a été la motivation »5 (Yann Cariou, commandant de l’Hermione)

L’Hermione avait un équipage. Trois cent-trente marins accompagnaient Lafayette, des officiers dont le chirurgien, l’apothicaire et l’aumônier, des officiers mariniers, dont le maître canonnier, le maître charpentier et le maître calfat, des gabiers, des timoniers, des soldats et des boulangers, des armuriers, des mousses. Dans la nouvelle Hermione, ils étaient septante-huit.6

Le CAMG est une équipe. Un secrétariat de quatre personnes et une douzaine de médecins généralistes, venus de toutes les régions de la Fédération Wallonie-Bruxelles, des vrais bruxellois, d’authentiques wallons ; des médecins de ville, des médecins de campagne, médecins de la capitale, du Brabant-Wallon, du Hainaut, du Namurois et de toutes les régions de l’Ardenne. Et aussi cinq cent maîtres de stage, plus de mille si l’on compte les maîtres de stage de Master, et des animateurs de séminaires, des référents pédagogiques régionaux,…

 

La navigation

Pour lever l’ancre, soixante hommes manœuvraient le grand cabestan

L’Hermione devait affronter l’océan et ses tempêtes. Le CAMG, à son niveau, va affronter une période chahutée, due aux conséquences de la réforme des études de médecine qui passent en Belgique de sept à six ans. La première cohorte de médecins diplômés en six ans sortira en juillet 2018, en même temps que la dernière cohorte des diplômés après sept ans. Avec celle-ci s’éteindra cette exception qui autorisait de valoriser la septième année filière médecine générale comme année de spécialisation, réduisant la durée de celle-ci de trois à deux ans. Tout l’enseignement de cette année patiemment construit depuis les débuts du CAMG, avec des journées de retour durant les six mois de stage chez le généraliste, un enseignement apprécié et qui avait trouvé son rythme, basculera dans le master de spécialisation d’une durée de trois années pour tous. Ce qu’on appelle la double-cohorte donnera au CAMG une quantité importante de futurs médecins généralistes à former. C’est une chance pour la médecine générale en Communauté Wallonie-Bruxelles, qui bénéficiera d’un apport de jeunes médecins pour faire face au risque de pénuries régionales et au départ à la retraite de nombreux confrères diplômés au temps de la pléthore. C’est un défi pour le CAMG qui devra accompagner, former, évaluer une quantité importante d’étudiants-médecins et encadrer leurs maîtres de stage.

 

La destination

L’océan atlantique s’ouvre sous la proue de la frégate7

L’Hermione avait pour destination l’Amérique. La destination du CAMG est d’amener à bon port ces centaines de médecins qui débarqueront avec un diplôme de master de spécialisation en médecine générale. En master de médecine déjà, les enseignants du CAMG interviennent, et la cohérence des cours va être renforcée pour donner à tout futur médecin une vue explicite du travail du médecin généraliste qu’ils verront à l’œuvre durant le stage de cinquième année, stage obligatoire destiné à tous, et durant celui, optionnel, de sixième année. Ensuite, ceux qui choisiront la médecine générale comme spécialité recevront un enseignement de type modulaire qui les accompagnera durant les trois années d’assistanat auprès d’un maître de stage, dont six mois en service hospitalier. L’UCL forme traditionnellement près de la moitié des généralistes de la Communauté Wallonie-Bruxelles, le CAMG doit continuer de leur donner, même à cohorte doublée, une formation de qualité. Le succès de la reconstruction de l’Hermione est, dans cette perspective, un puissant soutien symbolique.

 

Références

1. www.hermione.com

2. Ballu J-M. L’Hermione, l’aventure de sa reconstruction.Vagon, Paris, 2016, pg 14

3. Ibid., pg 17

4. Ibid., pg 23

5. Ibid., pg 151

6. Ibid., pg 151

7. Ibid., pg 156

 

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :