Evaluation objective et rapide de la fonction visuelle : utilité de potentiels évoqués mesurés par EEG haute densité

Précédent
Coralie Hemptinne(1), Joan Liu-Shuang(2), Demet Yuksel(1,3), Bruno Rossion(2,4) Publié dans la revue de : Novembre 2018 Rubrique(s) : Mémoires de Recherche Clinique
Télécharger le pdf

Résumé de l'article :

Promoteur

Pr Bruno Rossion

Co-promoteur

Pr Demet Yuksel

Mots-clés

EEG, fonction visuelle, acuité visuelle, sensibilité au contraste, potentiels évoqués visuels de type sweep, fréquence spatiale

Article complet :

OBJECTIFS

Les potentiels évoqués visuels de type sweep (sVEPs) offrent une évaluation implicite, objective et sensible des fonctions visuelles de bas niveau telles que l’acuité visuelle et la sensibilité au contraste. Pour des raisons pratiques et de tradition, l’application des sVEPs dans un cadre clinique ophtalmologique ne comprend généralement qu'une seule électrode ou un nombre limité d’électrodes au niveau de la région occipitale médiane. Dans ce travail, nous évaluons les avantages potentiels de l’utilisation d’un réseau plus dense d’électrodes au niveau de la précision de l’estimation des seuils d’acuité visuelle et de sensibilité au contraste. Nous considérons également dans quelle mesure cette technique d’évaluation pourrait être optimisée pour une application en clinique.

 

MÉTHODES

Dans cette perspective, nous avons testé la sensibilité au contraste et l’acuité visuelle de 26 adultes volontaires en bonne santé avec un électroencéphalogramme (EEG) à 68 électrodes.

 

RÉSULTATS

Bien que la plus forte réponse électrophysiologique ait été observée le plus souvent au niveau de l’électrode occipitale médiale Oz, pour un nombre important de participants, l’électrode la plus sensible était située au niveau des électrodes voisines plus latérales. De manière générale, l’évaluation des fonctions visuelles était plus précise lorsque celle-ci était basée sur les sVEPs enregistrés sur l’électrode définie comme la plus sensible pour chaque participant individuellement. Cette définition individuelle est d’autant plus importante en cas d’acuité visuelle dégradée. Nos données suggèrent qu’enregistrer au niveau de 7 électrodes postérieures tout en limitant la session d’évaluation à moins de 15 minutes garantit une estimation sensible et stable des seuils d’acuité visuelle et de sensibilité au contraste chez chacun. Par ailleurs, les seuils d’acuité visuelle évalués par sVEPs sur l’électrode la plus sensible sont corrélés avec les seuils de mesures comportementales de ce paramètre (r = 0.93).

 

CONCLUSIONS

La présente étude montre que l’enregistrement de sVEPs sur un plus grand nombre d’électrodes postérieures est pertinent pour optimiser l’évaluation de la fonction visuelle et pourrait être réalisé de manière efficace dans un contexte clinique, avec ses contraintes de temps.

 

AFFILIATIONS

1 Faculty of Medicine, University of Louvain, Belgium
2 Psychological Sciences Research Institute, Institute of Neuroscience, University of Louvain, Belgium
3 Ophthalmology Department, Cliniques universitaires Saint-Luc, Woluwe-Saint-Lambert, Belgium
4 Neurology Unit, Centre Hospitalier Regional Universitaire (CHRU) de Nancy, France

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :