Anesthésie sans opiacés : intérêt pour les pays sub-sahariens ?

Précédent
Publié dans la revue de : Novembre 2020 Rubrique(s) : Cas cliniques

Résumé de l'article :

L’usage systématique des opiacés a fait perdre de vue leurs effets secondaires notamment la détresse respiratoire, l’hyperalgésie, les nausées-vomissements postopératoires. Les pays africains au sud du Sahara sont confrontés au problème de surveillance post-interventionnelle alors que les problèmes respiratoires après une chirurgie sont fréquents. De plus, ils connaissent des difficultés dans la prise en charge de la douleur et des nausées-vomissements. Ils sont également confrontés à des ruptures de stock d’opiacés, responsables du report des interventions chirurgicales, dans un contexte où l’accès à la chirurgie relève d’un "parcours du combattant". L’anesthésie sans opiacés pourrait être une alternative intéressante, d’autant plus que les médicaments à utiliser sont accessibles avec des protocoles simples. Par conséquent, les anesthésistes de ces pays doivent s’intéresser à cette technique d'anesthésie, définir sa place dans leur pratique quotidienne et de partager ses avantages éventuels dans un contexte de ressources limitées.

Mots-clés

Anesthésie sans opiacés, hyperalgie, problèmes respiratoires, ressources limitées

Déja membre ?

Demander un nouveau mot de passe

Pas encore membre ?

Cliquez ici pour débuter la procédure