178e promotion des médecins de l’U.C.L.

Précédent
D. Vanpee, J. Melin Publié dans la revue de : Juin 2015 Rubrique(s) : Actualité facultaire

Résumé de l'article :

178e promotion des médecins de l'U.C.L.

Article complet :

Auteurs

Pr Jacques Melin & Pr Dominique Vanpee

DISCOURS DU Pr JACQUES MELIN, VICE-RECTEUR DU SECTEUR DES SCIENCES DE LA SANTÉ

Toutes mes félicitations, au nom de l’UCL, aux nouveaux promus et bienvenue dans la communauté des anciens de l’UCL, les alumni. Cette communauté d’alumni est un réseau important sur lequel vous pourrez toujours vous appuyer et sachez que vous serez toujours accueilli avec enthousiasme dans votre Université.

Ces félicitations sont assorties d’un merci particulier à vos parents qui vous ont soutenu tout au long de vos études et qui ont été à vos côtés pendant les moments de découragement et de difficultés qui émanent un parcours si éprouvant, surtout pendant cette dernière année si mouvementée. Vos parents et vos familles proches sont des piliers dans votre construction estudiantine et le seront encore dans votre évolution professionnelle. Qu’ils soient associés à ce jour de joie et de célébration !

Vous allez partir vers un nouveau parcours de spécialisation. Vous rentrerez dans une vie plus réelle, plus professionnelle. Vous y resterez, j’en suis convaincu, fidèles à l’idéal qui vous a porté vers ces études : prendre soin du patient dans toutes ses dimensions, s’efforcer de guérir (to cure) mais aussi d’entourer, de soulager (to care), et surtout le patient isolé, fragile, perdu dans notre société pas toujours aidante. Je suis sûr que vous remplirez le rôle avec enthousiasme et générosité. Soyez aussi conscients de votre « autre » intelligence, comme le texte de méditation de ce matin vous le rappelait (Texte du mystique musulman Djallal uddin RUMI).

 

 

 

 

 

 

« Il y a deux sortes d’intelligence : l’une acquise dans l’enfance, à l’école, les faits mémorisés, les concepts tirés des livres, ce que dit le professeur. Mais l’autre intelligence est préservée à l’intérieur de toi, une source débordant de tout. Une fraicheur au centre de ta poitrine. Cette seconde connaissance est une fontaine issue de toi, sortant de toi ».

C’est cette autre « intelligence » qui vous permettra de mieux soigner (to care) et surtout de travailler en harmonie avec les collègues et aussi avec tous les autres métiers que vous rencontrerez : paramédicaux, soignants, et tout autre métier d’une maison médicale, d’un hôpital ou d’un laboratoire. Soigner, oui, mais pas tout seul ; le travail d’équipe et de solidarité, comme mis en évidence dans la première lecture de ce matin (« L’union fait la force », Ecclésiaste 4, 9-12), est essentiel : « Deux personnes peuvent résister à une attaque qui viendrait à bout d’un homme seul. Plus une corde a de brins, plus elle est solide ». La cohésion et la solidarité sont des valeurs que vous avez épinglé dans le discours des promus et je ne peux qu’applaudir. Les effets négatifs d’une non-cohésion, d’une non-solidarité, d’un non-esprit intermétiers, doivent nous faire comprendre, par l’absurde, la nécessité impérieuse d’un esprit de cohésion, de solidarité et d’intermétiers.

Enfin, je ne peux rester sur ces paroles d’encouragement pour un futur personnel épanouissant et tourné vers et avec les autres. Je veux vous exprimer, au nom de l’UCL, notre regret pour la saga des numéros Inami. Nous avons compris que vous avez vécu une crise aigüe et qui est devenue chronique. Vous avez vécu des sentiments de profonde injustice mais nous avons essayé d’oeuvrer pour des solutions. Maintenant que ce jour « d’happy day » est arrivé, il ne faut pas tourner la page sur ces problèmes vécus mais, avec foi dans l’avenir, continuons à nous battre contre les absurdités politiques.

Félicitations, merci à vos parents et bon vent pour un futur personnel épanouissant, basé sur le respect des autres, patients, collègues et tous les métiers qui sont autour du patient.

DISCOURS DU Pr DOMINIQUE VANPEE, DOYEN DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE ET MÉDECINE DENTAIRE

 

 

 

Chers nouveaux diplômés, je peux dire maintenant cher nouveaux collègues, au nom de l’ensemble des membres de la faculté de médecine et médecine dentaire de l’UCL, je vous adresse mes plus cordiales félicitations et mes voeux d’épanouissement personnel.

Vous méritez tous les félicitations et ce indépendemment de votre grade. Votre présence ici aujourd’hui est le résultat de votre travail. Elle est aussi le fruit de l’intervention d’autres personnes, qui méritent votre reconnaissance. Je pense d’abord à vos parents, à vos familles, à vos proches qui ont rendu vos études possibles. Vous devez leur en être reconnaissant, et je tiens à les remercier d’avoir confié leurs enfants à la faculté de médecine de l’Uuniversité catholique de Louvain.

Certains d’entre vous ont entamé leur parcours dans une autre institution, je pense en particulier aux Facultés de médecine de Namur et de Mons. Je veux associer à mon discours les collègues et les membres de ces institutions pour la part importante qu’ils ont prise à votre formation.

Votre formation, vous la devez avant tout à vous-même, à ces efforts de tous les jours. Vos professeurs, le personnel scientifique, le personnel administratif et les assistants ont été là pour vous diriger, vous orienter et stimuler vos apprentissages.

Dans votre formation, au fur et à mesure de sa progression, la part de l’enseignement théorique est devenue progressivement plus tenue pour laisser place à un apprentissage au contact du patient. Ce patient, ce malade souffrant a besoin d’un médecin disponible et humain. J’espère que l’enseignement que vous avez reçu dans nos murs vous permettra d’être tout particulièrement conscient à cet aspect important de votre futur métier. N’oubliez jamais que ce patient, ce malade souffrant doit être au centre de vos préoccupations de même que la pratique d’une médecine préventive malheureusement pas encore assez développée dans vos cursus.

Comme le soulignait déjà le Professeur J.J Rombouts dans son discours de proclamation en 2003 , il y a 12 ans ici à ma place, je cite : « la permanente incertitude dans laquelle vous avez fait vos études, l’ambiance de compétition en grande partie secondaire aux choix politiques ne peut qu’avoir un effet négatif sur le processus éducatif». Cette phrase était encore plus d’actualité pour vous en 2015. Malgré tout cela, vous avez gardé un esprit de collaboration et d’amitié entre vous. Merci pour cela.

Ce n’est pas le lieu ni le moment de faire ici un long rappel historique des difficultés particulières que vous avez vécues cette année. Nous avons vécu, vous avez vécu une année particulièrement difficile. Ce fut une année de crise. La diversité des acteurs universitaires en communauté française, les différents niveaux de pouvoir politique communautaire et fédéral rendaient la communication particulièrement complexe et difficile à gérer.

 

 

 

Grâce à votre mobilisation, grâce à la mobilisation de vos parents, grâce à la mobilisation de la communauté universitaire, vous savez depuis décembre dernier, que vous aurez tous un numéro Inami cette année.

Pour terminer je voudrais formuler pour vous les voeux d’un bonheur très réel et espère que la fin de cette étape de formation soit le début de belles aventures professionnelles, familiales et privées.

Je voudrais aussi remercier tout particulièrement Madame Laurence Acreman et l’ensemble du comité organisateur donc l’AREC pour la préparation de cette proclamation.

 

 

 

Références
 

/

Rechercher sur le site

Inscrivez un mot clef afin de rechercher tous les articles,
rubriques ou auteurs associés :